Nouveautés ou comment le site a grandi

20 mai 2020 :

Flash-back cinquante ans plus tôt, Mai 1970.

La France pompidolienne somnolente attend l'arrivée des vacances estivales. Le 28 mai, les disquaires proposent le tout dernier 33 tours de Barbara : L'aigle noir. Après en début d'année l'échec de Madame, Barbara retrouve le succès avec cet enregistrement. Du 33 tours un titre se détachera pour devenir un des tubes de l'été : L'aigle noir. Un nouveau public, un public élargi découvre l'univers Barbara. Des décennies plus tard, ce titre vedette demeure lié à Barbara. Entrons dans cet album pour découvrir, voire redécouvrir chacun des dix titres du trente centimètres : A peine, Quand ceux qui vont, Hop-là, Je serai douce, Amoureuse, L'aigle noir, Drouot, La colère, Au revoir, Le zinzin.

Mercredi 27 mai, la première chaine diffuse La grande farandole de Maritie de Gilbert Carpentier. Roger Pierre et Jean-Marc Thibault présentent les invités. Ce soir-là Barbara interprète La fiancée du Pirate chanson du film éponyme de Nelly Kaplan. Elle interprète ce titre pour la première et dernière fois en public depuis la sortie du 45 tours et du film.

Au cours de ce mois de mai, Barbara joue son propre rôle dans le film Aussi loin que l'amour réalisé par Frédéric Rossif. Elle chante, s'accompagnant au piano La solitude au cabaret La bohème, passage du départ à Montparnasse, non loin de Bobino. Barbara enregistra La solutude en 1965 pour le 33 tours Barbara n°2 puis en 1971 pour le 33 tours La fleur d'amour.

En ce joli moi de mai, Léonie Cachelin chante Les mignons. Barbara enregistra ce titre en 1964 dans L'album à la rose. Françoise Lo signe le texte et Barbara la musique. Léonie Cachelin, par son interprétation, ranime toute l'espièglerie voulue dans ce titre par Barbara et François Lo.

Laure Adler, dans L'heure bleue du 12 mai, recevait Mireille Delmas-Marty, universitaire, professeure honoraire au Collège de France, "philosophe du droit". En ouverture de l'émission Laure Adler propose d'écouter Il nous faut regarder par Barbara (version du 33 tours Barbara chante Jacques Brel de 1960).

Le 2 mai mourait Gilbert Sigrist. Durant quatorze ans, à partir de 1964, il fut chef d'orchestre et pianiste de Gilbert Bécaud. En 1968, il participa à l'enregistrement du 45 tours en avant première du Musicorama de janvier. Sur les quatre titres enregistrés il joue au piano. Bien plus tard, avec le Gilbert Sigrist trio dans le disque Jazz loves Paris il reprend : Dis quand reviendras-tu ? [écoutez], Ma plus belle histoire d'amour [écoutez].


26 avril 2020 :

1966, plein soleil rue Rémusat, Barbara croise Marie Chaix sur un trottoir. Avril 1986, Marie Chaix devenue écrivaine raconte Barbara chez Calmann-Lévy. Depuis le livre de Michel Tournier, Barbara ou les parenthèses paru en 1968 voici le second livre consacré à Barbara. Marie Chaix dit Barbara avec ses ombres, ses soleils. De superbes photos, souvent inédites alors, illustrent cet opus. Deux ans plus tard, Calmann-Lévy rééditera le livre. Le 14 avril 1998, Olivier Barrot pour Un livre un jour revient sur ce superbe livre. Dans L'âge du tendre paru en 1979, Marie Chaix consacre un chapitre à Barbara, elle raconte leur rencontre soleil. Par la suite Marie Chaix proposera Barbara en 2007 aux éditions Libella Maren Sell, puis en 2013 aux éditions Libretto. Marie Chaix préside l'association Barbara Perlimpinpin, association œuvrant inlassablement à semer des graines de Barbara. Mes pensées s'envolent vers madame Anne Sylvestre. Ecoutez Anne Sylvestre, écoutez ses mots finement ciselés, écoutez ses combats qui demeurent au cœur de l'actualité et de la vie.

La première chaine de la télé française diffuse le 9 avril 1965 la dernière de Rendez-vous avec... Depuis plus de onze ans Jacqueline Joubert présente se programme. Ce soir là Rendez-vous avec reçoit Charles Dumont et Barbara. S'accompagnant au piano Barbara interprète quatre titres issus de son second disque à paraitre en septembre : Barbara n°2.
Ce soir là pour la dernière fois Jacqueline Joubert reçoit Barbara. Auparavant Jacqueline Joubert invita Barbara le 17 mai 1959 puis le 1 décembre 1959 dans le Magazine de la chanson. Le 17 janvier 1964 pour Chansons pour une caméra elle interpréta pour la première fois à la télévision Nantes accompagnée par François Rabbath. Elle proposait une version inédite du titre, différente de celle interprétée au Théâtre des Capucines en novembre et différente aussi de la version enregistrée en février suivant comprise dans le 33 tours Barbara chante Barbara.

Pour la première fois en avril 1963, Jean Méjean le directeur de La tête de l'art engage Barbara pour un mois dans son cabaret. A l'affiche elle retrouve Raymond Devos avec qui elle partage la petite scène de cet écrin. Par la suite elle reviendra dans cette salle en 1965, 1967, 1970, 1971 jusqu'en 1972.

Chaque week end, France Info et Bertrand Dicale proposent : Ces chansons qui font l'actu. Samedi 4 avril la chronique se nommait : Les insomnies du confinement. La chanson Les insomnies de Barbara illustrait le propos (version studio 33 tours Seule).

Bruno Duvic durant la semaine présente sur France Inter de 12 h 30 à 14 h Le grand rendez-vous. Mercredi 22 avril en presque fin de programme vers 1h24'30", Caroline Gillet invite à la poésie en découvrant ou redécouvrant Les lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke par la lecture faite par Barbara. Barbara lit un court extrait de la lettre du 16 juillet 1903. En 1991 Barbara enregistrait au studio Du Pékinois Les lettres à un jeune poète. Les Editions Claudine Ducaté commercialisèrent cet enregistrement sur support cassette audio puis CD.

A la suite du journal télévisé du 20 h, France 2 propose Basique : L'essentiel de la musique. Ce même 22 avril le programme se partageait entre Barbara et Bernard Lavilliers. Basique célébrait (avec un peu d'avance) les 50 ans de L'aigle noir, chanson devenue culte. Des images issues de Top à du 9 mars 1974 et de tournages chez elle rue Michel Ange illustrent la séquence. La jeune génération chante aussi L'aigle noir au travers de la diffusion d'un extrait d'une reprise par Juliette Armanet.

Dans la soirée du 22 avril, France inter et Laurent Goumarre présentaient un concert donné le 21 avril 2017 au Printemps de Bourges : Mes hommes. Des hommes de noir vêtus chantent Barbara sous la houlette d'Alexandre Thraraud. Ce concert préfigure le CD à paraitre en septembre 2017 chez Erato. Retrouvez Ses Hommes émus chantant Barbara.

Le confinement en ce printemps fait naitre de superbes fleurs. Découvrez, écoutez une jeune interprète se prénommant Léonie Cachelin chantant s'accompagnant au piano : Attendez que ma joie revienne, La solitude, Chapeau bas et Toi l'homme. Pour l'automne elle projette d'interpréter six chansons de Barbara en public. Vivement l'automne ! En attendant savourez ces petites merveilles. Merci Léonie et Chapeau bas.

Sur la toile, 47 chanteurs et musiciens suisses romands se rassemblent pour offrir une version à 47 cœurs battants de Ma plus belle histoire d'amour. Chacun apporte sa sensibilité, sa vie. Superbe prouesse technique, l'émotion passe au travers de l'écran. Merci de Vous tous.

Libération consacrait sa une du 28 novembre 1988 à l'année que va consacrer Barbara à la lutte contre le SIDA. Ce jour là un jeune médecin journaliste l'interviewe : Gilles Pialoux. Par la suite tous deux iront dans les hôpitaux, les prisons, parler du SIDA, rencontrer écouter les malades. En 2012, Didier Lestrade et Gilles Pialoux proposent SIDA 2.0 aux éditions Fleuve noir. Ils reviennent sur les moments passés avec Barbara dans les prisons et les hôpitaux. Actuellement chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon, Gilles Pialoux se trouve au cœur de l'actualité. Télérama et Valérie Lehoux proposent dans l'édition du 15 avril une interview de Gilles Pialoux portant le titre : Covid-19 : "On n'a pas su tirer les leçons du VIH." Il dit entre autres les liens tissés avec Barbara, leur rencontre, leurs combats. Il revient sur cette même impréparation des services de santé et de l'état à propos du VIH et du Covid-19. Souvent il pense à Barbara, elle demeure un de ses repères dans la vie. Il conclut parlant de Barbara : "Avant l'heure, elle était la reine du confinement."

Dans les colonnes du Quotidien de Paris du 06/02/1990 Barbara déclarait : "J'ai vu des infirmières extrêmement compétentes, généreuses de leur temps et complètement sous-payées. Il n'y a pas assez d'effectifs et certaines de ces femmes sont des zombies". Trente ans plus tard qu'y a-t-il de changé ?

Et pourtant dans Le couloir, ce couloir, ces couloirs....

Il y a des anges
En blouses blanches
Qui bercent le désespoir...

Dans le couloir
Il y a des anges
En sandales
Et en blouses blanches
Qui portent accrochée
Sur leur coeur
La douceur de leur prénom

28 mars 2020 :

Mars 1958, à peine plus d'un mois après l'enregistrement d'un premier disque en France, Barbara retrouve les studios. Quatre titres interprétés le soir à l'Ecluse figurent dans ce 45 tours. Les ciseaux de la censure gouvernementale frapperont cet opus à cause du titre Veuve de guerre jugé trop licencieux, titre précurseur de la Fiancée du pirate !

Début février 1974, Barbara s'installe au Théâtre des Variétés sur les grands boulevards pour plusieurs semaines. Devant l'engouement la direction du théâtre propose une prolongation pour huit dates. Mardi 8 mars après vingt huit représentations Barbara retrouve Précy puis entame une tournée qui la conduira jusqu'en Israël en passant la Belgique, la France, la Suisse.

Après le succès des spectacles de l'année précédente boulevard Montmartre, Barbara retrouve la scène de Bobino le 29 janvier 1975. Quatorze ans plus tôt elle esquissait ses premiers pas sur cette scène mythique de la rive gauche chère à Georges Brassens. Après un passage en 1964 en première partie de Georges Brassens, elle y chante l'année suivante en co-vedette avec Guy Bedos. Sur cette même scène elle offrira en 1966 en remerciement à son public Ma plus belle histoire d'amour. "Ce fut un soir en septembre, vous étiez venus m'attendre ici même, vous en souvenez-vous ?". De Bobino que reste-il ? : Un nom. L'âme du lieu s'envola sous coups les pelles mécaniques envoyées par messieurs les bétonneurs de Paris.

Samedi 29 février, émission The Voice, heure de grande écoute, le jeune Don-Pierre Maestracci propose une version personnelle de Du bout des lèvres. S'accompagnant à la guitare, il offre une version sobre toute en douceur. Les coachs présents soulignèrent la beauté du texte.

En octobre dernier Karen Ann présentait une édition de luxe de son dernier disque Bleue. Cette édition comprend un titre inédit interprété par Keren Ann et Etienne Daho : La ligne droite. Dans la version d'origine de 1972, Georges Moustaki et Barbara chantent l'un après l'autre une presque même version texte dans des atmosphères différentes (guitare puis piano). Cette fois, Etienne Daho et Karen Ann interprètent le texte commun en alternance sur une même musique.

ARTE diffusait le 22 mars le film réalisé par Cyril Leuty : Barbara, chansons pour une absente. Cet enregistrement figure sur le DVD n°2 du coffret Barbara, De la chanteuse de cabaret à l'artiste de légende paru en 2017.

Du 28 février au 8 mars, à Londres se tenait la vingtième édition du Jewish Book week. Norman Lebrecht réalisa en 2011 pour la BBC un film documentaire sur les femmes juives influentes du siècle dernier. Le 1 mars dernier, Norman Lebrecht donnait une conférence au Jewish Book week sur Barbara commémorant les 90 ans de la chanteuse en 2020. Amis anglophiles participez a cette conférence en vidéo (en milieu de page).

Quand vient la nuit, des voix ne s'éteignent pas. Nous avons tous, je pense dans l'oreille, des voix désormais silencieuses qui parlent en nous. Depuis le 10 mars dernier, la voix et le souffle d'Eva se sont tus. Souvenez vous : Dis quand reviendras-tu ?, Berlin, Amsterdam ou ailleurs, Comme les blés, Lili Marlène, Où vont les fleurs ?....  Retrouvez Eva, écoutez  Eva.

Les salles de spectacles affichent portes closes. Jean-Louis Aubert reste chez lui et s'adapte aux circonstances. Il nous adresse un concert live s'accompagnant à la guitare. Vers 1 h 13 écoutez cette version acoustique de Dis quand reviendras-tu ?

Restons à la maison, restez à la maison pour le bien de tous et de chacun. Profitons, profitez de ce temps pour écouter, regarder tout ce qui nous entoure et que nous ne voyions pas auparavant. Les oiseaux chantent aussi dans les villes ! "On entend mieux dans le silence que dans le bruit" disait Barbara.

Le jour se lève encore, encore......

28 février 2020 :

La télé diffusion française diffusait sur sa chaîne unique, mercredi 4 février 1959, la première de Discorama. Jean Dessailly présente le programme. Ce premier numéro invite plusieurs artistes dans des mondes divers : la musique classique : le pianiste François Samson, le comédien Pierre Vaneck, Yves Montand, l'organiste Wilhem Kempff, Les petits écoliers de Bondy et Barbara. Elle interprète La belle amour figurant sur le 45 tous Le chanteuse de minuit. Redécouvrez dans son intégralité cette première page d’un long livre écrit par Denise Glaser.

En 1980 Barbara retrouvait le chemin des studios. Son dernier enregistrement remonte en mai 1974 pour le 45 tours l’Homme en habit rouge au studio Davout. En 1977 elle entre en studio pour enregistrer un disque. Le résultat n'est pas à la hauteur de ses attentes. Le disque ne sortira pas. Le 10 février 1981 parait dans le commerce le 33 tours Seule. En novembre et décembre 1980 Barbara s’installe au studio Davout. Elle retrouve Michel Colombier qui réalise les arrangements.

Après la dernière de Lily passion au Zénith de Paris le 19 février 1986, la tournée commence par Rennes le 25 février. Jusqu'au 5 mai avec Gérard Depardieu, les musiciens, les gens du spectacle elle sillonnera la France puis l’Italie. Courant février 1986 paraitra le double 33 tours Lily passion enregistré au Zénith de Paris.

La capitaine Marleau revenait le 25 février sur France 3 avec un épisode inédit : Veuves mais pas trop. “A mourir pour mourir, je ne veux pas attendre et partir pour partir je choisis l’âge tendre…. Chantait Barbara que j’ai eu la chance d’assez bien connaitre...” Ainsi commence Veuves mais pas trop…. Stanislas Turner, un embaumeur (joué par Edouard Baer) prononce ces mots…

Chaque week-end, Laurent Delahousse présente 20 h 30 samedi soir. Le 1 février il invitait Renan Luce pour son retour à la chanson. En première partie le programme revient sur les faux adieux de Barbara en 1969. Soir de dernière le lundi 17 février 1969 à l'Olympia Barbara s'avance sur la scène. Ce soir-là elle annonce vouloir changer d'air et faire autre chose. Par la  suite elle enchaînera avec Madame. Roland Romanelli raconte comment un soir dans les coulisses du Théâtre de la Renaissance il joua quelques accords qui retinrent l'attention de Barbara. L'aigle noir naissait. Barbara voulait "ne pas être une cousine qui revient tous les ans sur scène", "ce métier est un métier de saltimbanques", "Il ne faut pas continuer sa vie mais la recommencer", "peur de tricher"….. Dans le programme diffusé le téléspectateur pourrait croire que Barbara disparut de la scène de 1969 à Pantin en 1981. En 1974 elle chante au Théâtre des Variétés, en 1975 à Bobino et en 1978 à l'Olympia ! Dans la seconde partie Renan Luce "échange" virtuellement avec les 3 B de la chanson française : Brassens, Barbara et Brel. Il le retrouve dans des lieux chers à chacun : Georges Brassens Impasse Florimont, Jacques Brel dans une brasserie et Barbara dans l'Allée Barbara au Square des Batignolles. Émouvant et étonnant moment ou la voix de Barbara s’élève et ou sa silhouette apparaît en filigrane sans le square des Batignolles. Renan Luce déclare qu’il est amoureux de l’œuvre de Barbara.

Eva Bester recevait sur France Inter dans son émission Remède à la mélancolie dimanche 2 février Anaïs Demoustier. La comédienne parle de Barbara : " Barbara, une femme qui a changé ma vie ", " Je l’écoute énormément, c’est un grand réconfort ". Vers 37’50 elle propose d’écouter Le soleil noir.

Léa Lootgieter et Pauline Paris explorent Les dessous lesbiens de la chanson aux éditions IXe. Dans chacun des quatre chapitres : Quand le portrait devient miroir, Quand les amours inderdites tombent le masque, Quand le genre s’emmêle, Quand la solitude ouvre la porte de l’indépendance, les auteures analysent dix chansons françaises. Au chapitre Quand le genre s’emmêle, le lecteur retrouvera Clair de nuit dont Catherine Lara composa la musique. Sur le disque Amours incestueuses Catherine Lara composa en plus de Clair de nuit la musique de Accident. Barbara ne chanta Clair de nuit qu’en studio. Par la suite,  Angélique Wismes demeure à ce jour la seule à avoir enregistré ce titre. Dans l’ouvrage les auteures citent Denise Glaser.

Barbara entre dans les manuels scolaires. Les éditions Hatier dans Itinéraires littéraires, Manuel unique de seconde invitent à découvrir les femmes parlant d’amour. Dans ce chapitre Barbara côtoie Sapho (630 avant JC-580 avant J.-C.), Madeleine de l’Aubespine (1546-1596) et Sylvie Plath (1932-1963). Les auteurs illustrent le thème étudié par la chanson Ma plus belle histoire d’amour. Une photo de Barbara prise sur scène en 1974 au Théâtre des Variétés orne la page.

Jour de saint Valentin, Antoine de Caunes recevait dans Popopop sur France Inter Cécile Raubio et François Salaün pour le livre : Guide de l’échec sentimental. Vers 48’34 François Salaün détaille sa playlist de chansons incluse dans l’opus. Parmi les titres figure La solitude et de par Barbara illustré par la diffusion d’un extrait.

En mai 2016, paraissait Le cabaret de L’Ecluse (1951-1974) aux éditions Presses universitaires de Lyon par Marine Wisniewski. Pour dire ce lieu de légende en 1987, Marc Chevalier proposait Mémoires d’un cabaret, puis en 2006 Gilles Schlesser revenait sur ce cabaret dans Vie et mort du cabaret "Rive gauche". Par hasard j’ai découvert ce livre érudit et me suis plongé dans sa lecture. L’auteure définit ce qu’est un Cabaret et dresse la généalogie du cabaret rive gauche. Ensuite elle se penche sur l’essence même de L’Ecluse, sur cet espace poétique. Elle étudie la méthode L’Ecluse par la construction et l’évolution des spectacles. Les créateurs de L’Ecluse s’inscrivent dans la lignée de Jean Vilar. L’auteur met en relief L’Ecluse ouverte sur le monde, ouverte à tous, rendant l’art accessible à tous. La lecture de ce livre donne l’envie d’écouter le disque Un soir à l’Ecluse enregistré en 1958 pour entrer dans l’atmosphère et l'esprit du lieu.

26 janvier 2020 :

Fin 1958 Denise Glaser propose au directeur de la télévision française la création d’une émission consacrée à la chanson, au disque, au cinéma. Depuis plusieurs mois déjà elle fréquente les cabarets à la recherche de talents, de personnalités. Ainsi dans la salle exiguë de L’Ecluse elle écoute Barbara plusieurs soirs de suite. Denise Glaser et Barbara se rencontrèrent au domicile de la productrice, 15 bis rue du pot de fer à Paris en janvier 1959. Elle propose à la chanteuse de participer au premier numéro de sa nouvelle émission Discorama. Le 2 février 1959 la télévision diffuse la première de Discorama avec parmi les invités Barbara. Par la suite Denise Glaser invitera Barbara plusieurs fois : février 1959, mai 1959, septembre 1959, décembre 1960, juillet 1961, avril 1962, septembre 1962, avril 1963, mai 1964, octobre 1964, septembre 1965, février 1966, octobre 1967, décembre 1968, mars 1970.  Entre les deux femmes se tissera au fil des ans une complicité.

Vendredi 30 janvier 1959, Barbara retrouve les studios d’enregistrement de la rue Jenner. S’accompagnant au piano et à l’accordéon avec Freddy Balta elle grave neuf titres. Chaque soir à l’Écluse elle interprète plusieurs des titres sélectionnés pour cet enregistrement. Courant avril paraîtra ce 33 tours 25 centimètres Barbara à L’Écluse. Au montage des applaudissements s’ajoutent pour donner l’impression d’une prise en direct au cabaret.

Enthousiasmée par Guerre et paix au café Sneffle joué au Théâtre de La Bruyère en 1969 Barbara demande à Rémo Forlani de lui écrire une pièce. Il écrit elle compose la musique. En janvier 1970 débuteront les représentations de Madame au Théâtre de la Renaissance à Paris. La journaliste Jacqueline Cartier écrit alors dans France Soir : Madame, une mayonnaise qui n’a pas pris !

Ce samedi premier jour férié de 1977 la deuxième chaîne diffuse en début d’après midi Je suis né à Venise réalisé par Maurice Béjart. Tourné en 1976, ce téléfilm réunit au générique : Philippe Lizon, Jorge Donn et Barbara entre autres. Dans ce conte, le jour et la  nuit se suivent, s’opposent…. En 1964 à l’Ancienne Belgique de Bruxelles Barbara et Mauricie Béjart se rencontrèrent, ils deviendront comme frère et sœur. En 1969, devant la caméra de L’invité du dimanche le danseur dira à Barbara ce qu’elle représente pour lui. Retrouvez les mots de Maurice Béjart à Barbara. A la suite de Madame, Maurice Béjart et Barbara envisagèrent de monter et jouer Les sept péchés capitaux de Bertolt Brecht. En 2001 Maurice Béjart rendit hommage à Barbara dans son ballet Brel et Barbara. Retrouvez trois extraits de Je suis né à Venise : Barbara chante Amour magicien entourée de Philippe Lizon, Il faut toujours que la matin revienne entourée de Philippe Lizon et Jorge Donn, Barbara concertiste.

Quelques années avant de donner vie au double CD Barbara, Alexandre Tharaud enregistrait Autograph en 2013. Le pianiste de talent annonce présenter vingt-trois pierres à l’image de son répertoire et de son parcours.. Dès la pochette et les photos signées Marco Borggreve, il fait un double clin d’œil à Barbara. Il choisit la salle, la scène et les coulisses du Théâtre du Châtelet pour illustrer le livret et la couverture. C’est dans cette salle qu’il assista à la dernière de Barbara ce dimanche 11 octobre 1987. Les titres composant cet opus furent enregistrés dans la salle Colonne ancien studio Blanqui. En ce lieu Barbara enregistra cinq disques : 33 tours 1964, 33 tours 1965, 33 tours 1967, 45 tours 1968 et 33 tours Le soleil noir.

Dans The Voice kids un petit enfant reprenait Göttingen de Barbara en septembre 2019.

En décembre dernier la librairie Actes sud à la Villette finissait l'année de belle façon en offrant sa vitrine à Barbara.

2020 arrive, une année en vingt qui ne sera pas je l'espère en vain ! Ecoutons, entendons le bruit du monde qui grince, le monde qui avance, roule tout en essayant de contenir la folie des hommes. Veillons, vigilons encore plus. Rien n'est vain. Que 2020 soit soleils douceurs et tendresses à toutes et tous, accompagnés des mots, des notes, des colères de Barbara. N'oublions pas restons en colère.... Le jour se lève encore....

"Etre en colère, c'est ne pas se résigner, c'est avoir envie de se battre pour les êtres et pour les choses." (Barbara-1992)



[vers les nouveautés de 2019]

[vers les nouveautés de 2018]

[vers les nouveautés de 2017]

[vers les nouveautés de 2016]

[vers les nouveautés de 2015]

[vers les nouveautés de 2014]

[vers les nouveautés de 2013]

[vers les nouveautés de 2012]

[vers les nouveautés de 2011]

[vers les nouveautés de 2010]

[vers les nouveautés de 2009]

[vers les nouveautés de 2008]

[vers les nouveautés de 2007]

[vers les nouveautés de 2006]

[vers les nouveautés de 2005]

[vers les nouveautés de 2004]

[vers les nouveautés de 2003]

[vers les nouveautés de 2002]

[vers les nouveautés de 2001]

[vers les nouveautés du second semestre 2000]

[vers les nouveautés du premier semestre 2000]


[vers les nouveautés de 1999]


[retour au sommaire du site]