Biographie chronologique

1930

Lundi 9 juin 1930 à 14 h 45 : naissance près du square des Batignolles, 6 rue Brochant à Paris 17 de Monique Andrée Serf. Monique est le second enfant de Jacques Serf et d'Ester Brodsky mariés en 1927 à Paris. En 1928 naissait son frère Jean. Son père exerce la profession de représentant en peaux et fourrures. Sa mère travaille à la préfecture de Paris. Ses parents sont tous deux d'ascendance juive. La branche maternelle trouve ses racines en Moldavie en Ukraine, la branche paternelle en Alsace Lorraine.

1931

La famille déménage pour la rue Nollet à Paris 17, à deux pas de la rue Brochant. Monique fréquente l'école communale rue Jouffroy.

1933

Son grand-père maternel Moïse Brodsky, né en Moldavie décède à l'âge de 60 ans. Il repose au cimetière de Bagneux, quatrième division.

1937

La famille quitte Paris pour Marseille, première étape d'un itinéraire sinueux et troublé.

1938

Sa sœur Régine naît à Roanne au mois d'août. Ses parents y résident pour le moment. Les huissiers saisissent les meubles du foyer.

1939

Ils quittent Roanne en douce au début de 1939 pour rejoindre Le Vésinet dans la banlieue ouest de la capitale. Jeanne Spire, la tante de monsieur Serf, y réside.
Septembre la guerre éclate, ordre de mobilisation générale. Son père rejoint le front. Accompagnés de Jeanne
Spire, Jean et Monique rejoignent Poitiers. Un médecin ami de Jeanne Spire les héberge.

1940

Sa mère travaille à la préfecture de Blois. Les deux aînés et leur grand-tante l'y rejoignent. Un bombardement de la ville s'annonce. Les deux enfants partent en train avec Jeanne Spire. Une attaque de l'aviation allemande vise le convoi en rase campagne. Les voyageurs resteront bloqués dans le train durant plusieurs jours. L'école communale de Préaux accueille les réfugiés du train. Jeanne Spire loue deux chambres au dessus du café Lanchais sur la place du village.

1941

Les deux enfants et Jeanne Spire restent plus d'un an à Préaux. Ils s'intègrent à la vie du village, vont à l'école communale. Par l'intermédiaire de la mairie de Préaux, leur grand-tante essaie de retrouver la trace des parents des enfants. A la fin de l'année, la mairie l'informe que les parents résident à Tarbes où monsieur Serf est démobilisé.

1942

La famille se recompose à Tarbes. Tous résident 5 rue des Carmes. La tante Jeanne reste quelques mois avec eux. Claude, le jeune frère de Monique naît en mars. Celle-ci fréquente l'école communale. La famille doit quitter rapidement Tarbes : un dénonciateur a informé la police qu'une famille juive vit rue des Carmes. A nouveau la famille se sépare. Son frère Claude part pour la zone libre où une sœur d'Ester Brodsky réside. Durant l'été, Barbara et sa petite sœur se cachent chez des cultivateurs près de Chasseneuil-sur-Bonnieure en Charente. A quelques kilomètres de là, les parents se terrent dans un village isolé. A vélo, souvent elle rejoint ses parents.

1943

En juin la cellule familiale se recompose à Grenoble où ils restent une courte période.
Juillet tous partent pour Saint-Marcellin dans le Vercors. La famille pose ses valises à l'hôtel de France dans la Grande rue puis à l'hôtel Thomé rue Saint-Laurent. Ensuite ils louent, 9 rue du Mollard une maison avec jardin. Le soir parfois la petite Monique joue du piano chez madame Bossan dans la Grande-rue. Claude rejoint ses parents. Elle fréquente le collège avenue du Collège.

1944

En août Paris est libéré.
A sept reprises elle est opérée à la main à Grenoble.

1945

Mai : l'armistice arrive. Courant octobre, la famille quitte Saint-Marcellin pour Paris pour s'installer chez Granny (sa grand-mère maternelle) 131 rue Marcadet, Paris 18. En quelques mois les adresses se suivent. Un ami des parents leur prête un appartement rue Notre-Dame-de-Nazareth. Puis un hôtel rue de Vaugirard abrite parents et enfants.

1946

La famille s'installe au Vésinet à la pension des Trois Marronniers.
Monique prend ses premiers cours de chant chez Mme Madeleine Thomas-Dusséqué au Vésinet. La famille quitte la banlieue pour un trois-pièces au second étage d'un immeuble de cinq étages, 50 rue de Vitruve, Paris 20.  Pour la première fois, parents et enfants passent des vacances en famille à Trégastel. En fin d'année, son père loue un piano.

Madame Dusséqué quitte le Vésinet pour Paris. Elle donne alors des cours salle Pleyel. 
Le 30 décembre, sa grand-mère maternelle Hava Poustilnikov veuve de
Moïse Brodsky décède à Paris à son domicile 131 rue Marcadet, à l'âge de 66 ans. Cette femme menue aux pommettes hautes, aux yeux noirs, aux mains fines, comptait beaucoup pour Monique. Seule sa grand-mère voulait l'écouter. Elle lui racontait son enfance là-bas à Zlatopol, en Ukraine. Elle repose au cimetière de Bagneux, quatrième division. 


1947

Après une audition chez maître Paulet sous la houlette de Mme Dusséqué, Monique s'inscrit à l'École supérieure de musique de Paris, rue de Madrid. Par Mme Dusséqué elle découvre l'opéra. Elles assistent à des représentations à l'Opéra de Paris, à l'Opéra-Comique.
Cette même année, elle entre au Conservatoire de musique, rue de Madrid dans la classe de maître Paulet en auditrice libre. Son répertoire comprend le récit de la Messagère de l'Orféo de Monteverdi et la Ronde de Paul Fort. Elle reçoit le prix Léopold-Bellan. Mais elle n'est pas une élève assidue.

1948

En janvier elle passe une audition pour jouer dans Violettes impériales au théâtre Mogador à Paris. Pour la première fois, elle monte sur scène comme mannequin-choriste. Marcel Merkès joue le rôle principal.
Le 31 janvier commencent les représentations. Au bout de quelques mois, elle rompt son contrat.
Un soir de printemps, avec son professeur de chant elle assiste au tour de chant de Edith Piaf à .l'A.B.C. Elle réalise que là n'est pas sa vocation. Un nouveau monde s'ouvre à ses yeux, celui de la chanson.
Le directeur du Conservatoire n'apprécie pas qu'elle joue dans une opérette. Elle quitte définitivement le Conservatoire de musique par manque d'assiduité. Elle préférait jouer au cartes dans un petit bistrot près du conservatoire.

1949

Son père quitte le domicile. Son piano est repris, la location ne pouvant plus être payée.
Pour vivre et aider sa mère elle exerce des petits boulots, tour à tour cousette, démarcheuse en assurances. Pourtant elle persiste dans le chant puisque la fondation Léopold-Bellan lui décerne un second prix.

1950

Au mois de février 1950, elle fugue pour Bruxelles. Son cousin Sacha Piroutsky l'héberge. Il joue de la balalaïka. Elle ne reste que deux mois chez lui. Il devenait violent. Pendant quelques temps elle loge dans une chambre de l'hôtel Central à Bruxelles. Elle croise la route de Peggy une jeune fille enceinte, paumée, originaire de Charleroi. Toutes deux louent la même chambre. Tous les jours elles ne mangent pas  à leurs leur faim. Elles rejoignent la ville natale de Peggy, s'installent à La Mansarde de l'étoile au dessus L'étoile du sud à Marcinelle dans la banlieue de Charleroi. L'étoile du sud abrite un dancing ouvert les après-midi et aménagé en salle de concert. Dans ce lieu se produit un groupe d'artistes, des amis d'enfance de Peggy : Ida Benet, Sarah Sand, Edmée Feuroge, Yvan Delporte, Boby Jaspar (1926-1963)... Barbara chatonne et joue maladroitement sur un piano. Cette joyeuse bande ouvre neuf mois plus tard toujours à Charleroi un cabaret Le Vent vert. Barbara effectue de nombreux allers retours entre Charleroi et Bruxelles en auto stop. Elle chante ensuite à L'Arche de Noé, rue de l'Écuyer à Bruxelles. Elle fredonne dans ces différents lieux les dimanches après-midi sous le nom de Barbara Brody (Brodsky est le nom de famille de sa mère). Toujours au piano elle chante L'hymne à l'amour de Edith Piaf, les chansons de Mireille, Monsieur William de Jean Roger Caussimon et Léo Ferré quelques titres de Bruant. Chaque fois le maigre public la siffle copieusement.

1951

Devant son échec dans la chanson, elle retourne à Paris au mois de juin, en stop. Sur le chemin du retour M. Victor croise sa route. En 1981, dans une chanson, elle racontera cet épisode.
Arrivée à Paris, elle se rend chez le compositeur  (1896-1982) rue de la Trémoille. Elle lui explique qu'elle veut chanter. Il l'assure qu'un jour elle chantera. Jean Wiener (1896-1982) la dirige vers La Fontaine des quatre saisons, dont Pierre Prévert assure la direction artistique. Guénia Richez, la directrice de La Fontaine des quatre saisons apprécie Barbara. Malgré le programme déjà bouclé, elle lui propose un emploi de plongeuse pour l'aider à vivre. Tous les soirs, Barbara écoute et regarde les artistes qui se produisent (Vian, Gréco...). 
Sa tante maternelle l'héberge 131 rue Marcadet.
Pendant près d'un an elle lave la vaisselle.

1952

Elle passe une audition au cabaret La rose rouge. Elle n'est pas admise. Elle rencontre Jean Tardieu. Il lui donne l'adresse d'un cabaret qui vient d'ouvrir : L'Écluse. A sa première audition à L'Écluse elle est refusée à cause de son chant jugé trop classique. Être plongeuse l'épuise et elle se retrouve hospitalisée. Un ami de Charleroi, Jeff, vient la chercher à l'hôpital. En septembre, à moto, ils rejoignent Charleroi, puis Bruxelles. Le 4 octobre Barbara retrouve Le vent vert de Charleroi et sa petite scène. Arrivée dans la capitale belge, tous deux atterrissent à La maison du vieux tilleul près de la chapelle Boondael à Ixelles. A partir de septembre elle chante à La maison du vieux tilleul place du vieux tilleul. Dans ce lieu, un ancien atelier, se retrouvent des peintres, des sculpteurs, des céramistes. Ces camarades lui dénichent un piano. Elle chante dans l'atelier et divers cabarets bruxellois (dont La Rose noire). Elle fait le tour des cabarets et des pianos-bars à la recherche d'un musicien pour l'accompagner. A La Jambe de bois, impasse de la barbe, elle interroge le pianiste. Dans la salle Claude Sluys remarque cette jeune fille. Il demande au pianiste qui elle est. Claude Sluys connaît Ethéry Rouchadzé, une pianiste géorgienne. Il la met en contact avec Barbara. Les deux femmes sympathisent aussitôt. Claude Sluys lui donne des conseils pour chanter, comment se tenir face au public. Elle sympathise avec Claude Sluys. La police fait fermer La Maison du vieux tilleul.
Alors elle chante dans un restaurant en bordure de la forêt de Soignes sur la route de Mont
-Saint-Jean, y reste six mois. Ethéry sa pianiste l'accompagne. Le public reste indifférent.

1953


Barbara a sympathisé avec Claude Sluys.
En 1953, ils résident avec leur chien Djok Chez Prudence, rue Thérésienne à Bruxelles. Prudence, une ancienne prostituée d'origine flamande âgée de soixante dix ans perd petit à petit la mémoire. 
Le 8 février 1953 commence une nouvelle aventure, celle de la troupe du Cheval blanc dans une salle au fond d'une friterie, Le Cheval
blanc, 140 chaussée d'Ixelles à Ixelles, dans la banlieue de Bruxelles. Cette salle s'appelle La poubelle. Jo Dekmine créa ce lieu dédié à la chanson quelques années plus tôt.
Au début elle chante les samedis et dimanches soir, puis tous les jeudis, vendredis samedis et dimanches à 21 h 30 à compter du 24 décembre, toujours accompagnée par Ethéry. Dans le même programme sont jouées en première partie des pièces dont La demande en mariage de Tchékov, Le perce neige de Marcel Marien (1920-1993) dans lesquelles elle joue. Ethéry lui donne des leçons de piano. Finalement, Barbara chante en s'accompagnant. Ainsi se forme le groupe du Cheval blanc composé de Barbara, Claude Sluys, Ethéry Rouchadzé, Yvan Delporte, Marcel Cornélis, Stéphane Steeman, Georges Itin. Son répertoire comprend des titres d'Edith Piaf, Germaine Montéro, Juliette Gréco. Elle interprète aussi Le fiacre, le Grand frisé aussi Sur la place de Jacques Brel. Ce dernier pendant ce temps là passe à La rose noire à Bruxelles. Il ne fréquente pas ceux du Cheval blanc qu'il juge marginaux...

En octobre, la police fait une descente dans l'hôtel où elle loge momentanément. Barbara, de nationalité française voit son permis de séjour arriver à expiration. Elle devrait quitter la Belgique. Pour éviter l'expulsion Claude Sluys raconte aux policiers qu'ils doivent bientôt se marier.
Le 31 octobre 1953 madame l'Échevin d'Ixelles unit Claude Jean Luc Sluys (1928-2005) et Monique Andrée Serf avec pour témoins Ethéry Rouchadzé artiste (sa pianiste) et Claude Weiler ingénieur (ami de son mari). Claude Sluys poursuit ses études de droit pour devenir avocat. Il s'intéresse au monde arts et fait des tours de prestidigitation. Le repas de mariage se déroule dans un restaurant italien. Ils sont cinq à table, les mariés plus les deux témoins et Prudence.
Lentement Le Cheval blanc attire un public de fidèles de plus en plus nombreux. 

1954

L'expérience du Cheval blanc s'achève pour des raisons d'argent. Le cabaret ferme définitivement ses portes. Le cheval blanc devient Les enfants terribles. Elle s'y produit aux côtés de Stéphane Steeman, Richard Muller, Paul Roland, Nicole Olyff....
Alors elle chante Chez Adrienne près de la porte de Namur, rue de la Pépinière à Bruxelles avec Ethéry. Adrienne, une amie de Prudence d'origine française tient ce cabaret fréquenté surtout par les pilotes de ligne de la Sabéna. Chez Adrienne Barbara et Ethéry jouent au piano et chantent et incitent les clients à consommer des boissons.

Les jeunes époux reviennent à Paris. Un temps, ils résident rue des Pyrénées, puis à l'hôtel des Trois Balcons, 56 rue de Seine et à l'hôtel Acropolis. Pour vivre, son mari exécute des numéros de prestidigitation au Caveau des légendes (sous La rôtisserie de l'Abbaye) rue Jacob. Barbara l'accompagne au piano.
Elle rencontre Jacques Brel pour la première fois. Il lui donne la chanson Sur la place.
Durant deux jours elle chante en Allemagne dans la province de Nordrhein-Westfalen (Weiden, Ludensheid, Neheim) pour les soldats de l'armée belge à la demande de Jo Dekmine qui y fait son service militaire.
De septembre à novembre L'Écluse l'engage temporairement.
Son mari doit regagner la Belgique pour effectuer son service militaire.
Le 1 octobre 1954 à 20 h 30, Barbara se produit en public à L'atelier, 51 rue du Commerce à Bruxelles. Elle chante : Le chouette quartier paroles de Gaston Rico et musique de Christiane Verger, Frédé paroles de Michel Vaucaire et musique de Daniel White, Qu'est ce que tu crois paroles de Robert Lamoureux et musique de Bourtayre, Sur la place paroles et musique de Jacques Brel, L'œillet blanc (noté L'oeillet rouge dans le programme) paroles et musique de Brigitte Sabouraud, Moi je tricote paroles et musique de Michel Emer, L'avenir est aux autres paroles de Claude Sluys (son mari) et musique d'Andrée Olga (qui n'est autre que Barbara), A Saint Lazare paroles et musique d'Aristide Bruant, Viens gosse de gosse paroles et musique de Lenoir, La chanson de Margaret paroles de Pierre Mac Orlan et musique de Marceau, Les dames de la poste paroles de Francis Blanche et musique de Alec Siniavine, Évidemment bien sûr paroles de Jean Variot et musique de Christiane Verger, La promenade paroles de Claude Sluys et musique d'Andrée Olga, Monsieur William paroles de Jean Roger Caussimon et musique de Léo Ferré, Le grand frisé paroles de Daniderff et musique d'Émile Ron, La vie d'artiste paroles de Francis Claude et musique de Léo Ferré, Le couteau paroles et musique de Michel de Neuillac, Les cloches de Notre-Dame paroles et musique de Léo Ferré et Mon pote le gitan paroles de Jacques Verrières et musique de Maurice Heyral. La salle est comble. Parmi le public se trouve le directeur de la maison de disques Decca Belgique. Il voudrait bien qu'elle enregistre un disque.

Au mois de novembre Angèle Guller l'invite à son émission La vitrine aux chansons à la radio belge. Elle y interprète Madame Arthur, Méfie toi, L'avenir est aux autres et A saint Lazare. Pour la première fois elle passe à la radio !

1955

En février, à la suite du concert à L'Atelier commence l'enregistrement de son premier disque 78 tours aux studios Decca de Bruxelles, chaussée de Jette. Le disque sort dans le commerce quelques jours plus tard. Il comprend deux titres : Mon pote le gitan et L'œillet blanc. Seulement quelques centaines de disques seront vendus... Barbara n'apprécie pas trop les orchestrations. Elle les aurait voulues plus sobres !
Samedi 5 mars, pour la sortie du disque le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles la reçoit pour un tour de chant au même programme que Marc et André de L'Écluse. Claude Sluys organise le spectacle. Angèle Guller présente le tour de chant. Quinze jours plus tard elle chante à nouveau au palais de Beaux-Arts de Bruxelles à l'occasion du Bal du Service Social.
Le 30 octobre, elle passe à La Tour de Babel, 7 Grand-Place à Bruxelles avec les Frères Ennemis en première partie. Elle interprète Léo Ferré, Jacques Brel, Pierre Mac Orlan, Nougé, Bruant et Brassens.
Retour à Paris.

Durant les fêtes de fin d'année elle retrouve la petite scène de L'Écluse.

1956

Les cabarets La rose rouge et Le port du salut à Paris l'accueillent pour quelques soirées.
Au printemps, Barbara s'installe définitivement à Paris. Après à peine trois ans de mariage, Barbara et Claude Sluys se séparent.
Le 14 décembre elle joue au théâtre des Trois Baudets dans le spectacle Hi-Fi en compagnie de Raymond Devos, Pierre Dac, Francis Blanche, Colette Chevrot et Monique Sénator. Jacques Canetti le directeur de la salle, aussi directeur artistique chez Philips, ne désire pas que Barbara entre dans l'écurie Philips. Il ne prend que des artistes "vierges", c'est-à-dire qui n'ayant jamais enregistré dans une maison concurrente.

1957

Elle est engagée Chez Moineau, rue Guénégaud et réside au-dessus du cabaret. Elle y restera un an. A son répertoire se trouvent Ferré, Brel, Mac Orlan. Elle côtoie Pauline Julien, Anne Sylvestre, Jean Ferrat, Christine Sèvres... "Ah Christine Sèvres, c'est comme si Casarès chantait " (Barbara 1986).
Robert Doisneau photographie sa main gauche pour la couverture d'un roman policier.
En fin d'année L'Écluse l'engage pour quelques mois. Cet engagement se renouvellera jusqu'en 1964.
Avec Serge Beucler, directeur artistique de Pathé-Marconi elle signe un contrat de trois ans pour le label La voix de son maître.

1958

Elle participe au gala du monde libertaire en compagnie de Jean Yanne, Georges Brassens et Léo Ferré.
Les 5 et 6 février elle enregistre son premier 45 tours : La chanteuse de minuit.  Pierre Hiégel (1913-1980) de Radio Luxembourg produit le disque.
Le 25 mars, elle retrouve les studios pour son second 45 tours. Pierre Hiégel le produit.
Durant l'été elle chante au Palm Beach de Cannes.

1959

Pour la première fois, en janvier elle passe à la télévision dans Au cabaret ce soir de Micheline Sandel et Colette Mars.
Le 30 janvier, Pathé-Marconi effectue un pseudo enregistrement de son spectacle à L'Écluse.
Au mois de janvier, elle se rend chez Denise Glaser productrice de Discorama, rue du pot de fer à Paris. Denise Glaser l'avait remarquée lors d'une des soirées à L'Écluse.
En février elle participe à la première de Discorama. Jean Dessailly l'interviewe.
Elle retourne vivre chez sa mère, 50 rue de Vitruve, en novembre. Elle fait l'acquisition de son premier piano noir. Ce piano ne la quittera plus.
21 décembre, le téléphone sonne rue de Vitruve. Son père, Jacques Serf, est mort à Nantes, à l'hôpital Saint-Jacques le 20 décembre, à l'âge de 55 ans.
Avec son frère Claude et quelques amis nantais elle enterré son père le 27 décembre au cimetière de la Miséricorde à Nantes dans la fosse commune.
Le lendemain, elle ébauche l'écriture de la chanson Nantes. Nantes ne sera achevée qu'en novembre 1963.

1960

En février, Marcel Merkes l'engage pour jouer dans Le jeu des dames au Petit Théâtre de Paris. Elle joue le rôle d'un travesti.
Elle participe à la seconde Coupe d'Europe du tour de chant au casino de Knokke le Zoute en Belgique du 22 au 28 juillet.
Le 19 septembre se déroule l'enregistrement du disque Barbara chante Brassens.
Ce même jour, dans la foulée, elle grave les neuf titres du disque Barbara chante Jacques Brel.
Fin du mois de septembre : le 33 tours, 25 cm Barbara chante Brassens sort dans le commerce. Le 23 novembre pour ce disque l'Académie du Disque lui décerne le Grand prix du Disque.
Le 25 novembre le rideau de la première du Jeu des dames au Petit Théâtre de Paris se lève.

1961

En début d'année elle signe un contrat chez Odéon. Son contrat chez Pathé Marconi arrive à son terme.
Au mois de janvier sort le 33 tours, 25 cm, Barbara chante Jacques Brel.
Elle rend visite à Marie Dubas malade le 5 janvier sous l'égide de R.T.L et de Pierre Hiegel.
Félix Marten (1919-1992) l'avait remarquée un soir à L'Écluse. A partir du 9 février, elle chante pour la première fois sur la scène de Bobino et en première partie de Félix Marten. Elle interprète La marche nuptiale, Les flamandes, Veuve de guerre, Chapeau bas (pour la première fois en public), Liberté et Shanghai à Bangkok. Darzee l'accompagne au piano.
Elle enregistre le 10 février le 45 tours avec Chapeau bas avec Darzee au piano.

En mars le 45 tours, Chapeau bas sort dans le commerce et sur les ondes.
Elle quitte Paris pour Abidjan dans le quartier Treichville en juillet. Elle chante dans la cabaret Jo Attia. Jo Attia faisait venir des artistes dans son cabaret africain. Il demandait souvent à l'artiste sa couleur préférée. Barbara répondit le rouge. Et quand elle pénétra dans le cabaret elle vit la salle entièrement rouge pourpre ! Elle retrouve Hubert rencontré il y a quatre ans. Il est diplomate en poste à Abidjan. Barbara devait rester durant trois mois mais au bout de quatre semaines elle rentre à Paris.
Elle s'installe en octobre, 14 rue Rémusat à Paris 16, au septième étage dans un trois pièces. Elle est locataire. Elle y pose son piano noir et ses lunettes et ses chansons.

Elle compose : Dis quand reviendras tu ? Elle le chante à L'Écluse sans oser dire qu'elle en est l'auteur.

1962

Elle passe et réussit l'examen d'entrée à la SACEM en tant que compositrice.
Durant cette année elle se plonge dans la lecture.
Pour un court métrage "La dame à la longue vue" réalisé par Serge Korber elle prête sa voix.
Le 8 février 1962 elle participe à la manifestation du métro Charonne anti-OAS à l'appel des partis de gauche et de six syndicats.
Le dimanche 1 avril Jean Pierre Darras et Philippe Noiret l'interviewent dans l'émission Discorama.
Elle enregistre le 8 mai le 45 tours Dis quand reviendras tu ? avec François Rauber à la direction d'orchestre.
Ce disque sort dans le commerce le 15 mai.
Le 6 septembre Discorama l'invite.
Le tribunal de la Seine prononce le divorce avec son mari le 12 novembre.

1963

En plus de L'Écluse, elle investit les scènes des cabarets parisiens La Villa d'Este et l'Amiral.
Elle rencontre le peintre Luc Simon.
Le rocking chair s'installe à Rémusat.
Le 26 mars elle retrouve les studios pour graver le 45 tours Attentez que ma joie revienne. François Rauber signe les arrangements musicaux. Le résultat ne lui plait pas. Le disque ne sortira qu'en 1965... Dans le studio voisin de celui où elle enregistre Edith Piaf enregistre son dernier titre L'homme de Berlin. Les deux chanteuses se croisent dans un couloir. 

Au mois d'avril elle passe à la Tête de l'art à Paris avec Raymond Devos.
Le 28 avril nouvelle participation à Discorama.
Paul Carrière suggère en septembre à Gilbert Sommier de sélectionner Barbara pour passer au théâtre des Capucines dans le cadre des Mardis des Capucines.

En octobre Françoise Lo arrive auprès de Barbara. Elle deviendra sa secrétaire et manager. Elle lui écrira plusieurs textes qu'elle chantera.
Le mardi 5 novembre et les 12, 19 et 26 novembre Barbara chante au théâtre des Capucines accompagnée par François Rabbath. Elle crée Nantes. Parmi son répertoire figure le titre Avec. Un enregistrement d'une de ces soirées fut réalisé. Françoise Lo présente le spectacle. Les critiques enthousiastes applaudissent. Le spectacle se prolonge les 3, 10 et 17 décembre en ce même lieu.
En fin d'année elle rencontre pour la première fois Claude Dejacques directeur artistique chez Philips. Il réalisera tous ses albums jusqu'en 1970.
Elle chante à Göttingen au mois de décembre.

1964

Le 10 janvier elle dépose le texte de Nantes à la SACEM.
Pierre Nicolas arrive en remplacement de François Rabbath.
Barbara engage
Nounou une martiniquaise pour s'occuper de Rémusat. Elle restera à ses côtés durant sept ans.
En début d'année elle quitte C.B.S. et signe un contrat avec Louis Hazan directeur de Philips.
Fin janvier débute l'enregistrement de l'album à la rose aux studios Saussier Leroy à Paris. Le 5 février elle enregistre Nantes. Pour CBS elle enregistre la première version studio de Nantes qui figurera dans le 45 tours, Dis quand reviendras tu ?
Serge Lama débute le 11 février jour de sa majorité sur la petite scène de L'Écluse au même programme que Barbara. Le quatuor dirigeant L'Écluse l'engage.
Elle participe en juin au festival du Marais à Paris en compagnie de Georges Brassens, Maurice Baquet, Boby Lapointe.
Elle effectue un séjour à Göttingen en juillet. Elle se rend à Götingen un peu à reculons pour chanter dans un théâtre. Emue par l'accueil du public naît la chanson Göttingen.
Son disque enregistré en début d'année parait dans les bacs des disquaires en septembre.
A partir du 21 octobre elle assure la première partie de Georges Brassens à Bobino jusqu'au 10 novembre
1964. Pierre Nicolas et Joss Baselli l'accompagnent. Les articles des  journalistes éclipsent la performance de Brassens pour faire des éloges de la prestation de Barbara.
Elle retrouve la scène bruxelloise. Elle chante à L'ancienne Belgique le 23 novembre. Ce soir là elle rencontre Maurice Béjart, coup de foudre artistique réciproque.
En fin d'année elle se produit sur la scène du Théâtre de l'Est parisien avec en première partie un débutant, Serge Gainsbourg.

1965

Nadine Laïk rejoint Françoise Lo aux tâches administratives. Gilbert Sommier organise les tours de chant.
Barbara participe à diverses émissions de télé dont, Le temps des loisirs, Rendez vous avec (avec Jacqueline Joubert)
, Central variétés.
Serge Lama compose une chanson : L'orgue de Barbara pour la remercier de son soutien.
Elle chante au théâtre Pacra avec Joss Baselli et Pierre Nicolas du 15 janvier au 19 janvier.

Au mois de février démarre une tournée française avec Serge Gainsbourg, Joss Baselli et Pierre Nicolas l'accompagnent. Nadine Laïk et Françoise Lo organisent cette tournée. Gainsbourg abandonnera la tournée devant l'hostilité du public.
Le prix de l'académie Charles Cros de la chanson française (prix Paul Gilson) lui est remis  au palais d'Orsay le 13 mars pour le disque Barbara chante Barbara.
Mardi 30 mars Barbara se produit sur la scène de L'Européen dans le cadre du gala annuel du groupe libertaire Louise Michel . Brigitte Fontaine, Graeme Allwright, Maurice Fanon entres autres figurent au programme.

1965 année de l'éclatement du succès, elle perd la santé. Le succès l'effraie. Surmenée et déprimée, durant 10 jours elle suit une cure de sommeil. Sa mère veille sur elle.
Dans l'émission télé le 29 mars, La scène à Paris, elle chante Pierre et Nantes.
Le 9 avril elle figure l'affiche de l'émission télé de Jacqueline Joubert.

En mai le journal de midi sur Europe 1 l'interview. Elle tombe sous le charme de Lucien Morisse.
Elle participe à l'émission télé Pile ou face.

Le 15 juin elle chante au gala de la
Mutualité à Paris.
12 juillet 1965 débute l'enregistrement du 33 tours le mal de vivre au studio Blanqui à Paris
.
Elle chante à Chalons sur Saône le 16 août à la halle aux grains. Elle apprend la mort de Liliane Benelli décédée le 12 août dans un accident de la route dont est aussi victime Serge Lama. Liliane fut sa pianiste à L'Écluse puis celle de Serge Lama en tournée.
A partir du 15 septembre elle chante à Bobino accompagnée par Joss Baselli et Pierre Nicolas. Guy Bedos, Jacques Debronckart assurent la première partie du spectacle. André Aubert présente les soirées. Le 15 septembre, jour de la première, France Inter organise une journée Barbara sur ses ondes. Chaque soir la salle affiche complet.
Elle participe à Discorama avec Denise Glaser le 26 septembre. Elle interprète Le mal de vivre.

Le disque 33 tours enregistré cette année paraît dans le commerce en octobre.
A l'initiative de Léo Noël (1914-1966), patron de L'Ecluse un gala de solidarité pour Serge Lama s'organise à l'Olympia le 7 décembre. Georges Brassens en est la vedette principale, se produisent aussi ce soir là : Barbara, Pierre Perret, Marcel Amont, Enrico Macias, Sacha Distel, Régine, Jean Jacques Debout. Les fonds récoltés permettront à Serge Lama de subsister durant deux ans.

Elle passe au Théâtre de l'Est parisien à Paris avec Serge Reggiani les 29, 30, 31 décembre 1965 et 1e 1  janvier 1966 . Pierre Nicolas et Joss Baselli l'accompagnent.

1966

Pour effectuer les tournées dans de meilleures conditions Barbara achète Mercedes gris métallisé. Pierre Tomasso conduit le véhicule. Il est aussi chargé de la sonorisation. Affectueusement elle l'appelle Peter.
Sa première grande tournée en France se déroule en janvier et février avec Joss Baselli et Pierre Nicolas.
Marie Chaix arrive en remplacement de Françoise Lo. Elle devient son assistante. Elle réalise les éclairages de scène. Georges Ollivier tourneur de Jacques Brel organise cette tournée.
Avec Antoine et Jean Jacques Debout elle participe le 20 février à Discorama.
Le 21 mars le gala de l'union des artistes se déroule à l'opéra de Paris. La télévision diffuse le soir même à la télévision. Barbara interprète Yesterday des Beatles. A l'issue de la soirée elle rencontre de Michel Colombier.

Durant l'été 1966 Jean Louis Foulquier alors journaliste débutant l'interviewe lors de son passage au casino de Royan.
A partir du début du mois de novembre Michel Gaudry remplace Pierre Nicolas. Pierre Nicolas accompagne alors uniquement Georges Brassens.
Le 8 novembre 1966 elle chante au Théâtre Beaulieu à Lausanne accompagnée de Joss Baselli et Michel Gaudry.
Elle enregistre la première
version de ma plus belle histoire d'amour le 21 novembre pour remercier son public.
Elle rencontre Charley Marouani en décembre. Il deviendra alors son fidèle imprésario.
Le 13 décembre se déroule la première à Bobino avec Micha Bayard et Rameau, Serge Reggiani en première partie. Elle y crée Ma plus belle histoire d'amour.  Joss Baselli et Michel Gaudry l'accompagnent. Philips enregistre du 13 au 15 décembre le spectacle pour commercialiser un 33 tours.
Mercredi 28 décembre Barbara participe à la distribution de jouets en faveur des enfants défavorisés dans le cadre du Noël des gamins de Paris au Parc des expositions porte de Versailles à Paris.

1967

Le 33 tours du spectacle à Bobino de 1966 sort dans le commerce le 4 janvier.
Après Bobino elle enchaîne une tournée en Italie, Belgique, Canada et Allemagne avec en première partie Serge Reggiani.
Le 15 janvier elle retrouve du Palais des beaux arts de Bruxelles.
Du 6 mai 1967 jusqu'au 10 elle enregistre à Hambourg le 33 tours "Barbara singt Barbara" en allemand. Michel Gaudry, Joss Baselli, Marie Chaix et Claude Dejacques assistent aux séances studio. Barbara maîtrise mal la langue allemande...
Du 16 au 31 mai elle se produit au cabaret la Tête de l'art avec Fernand Reynaud. Joss Baselli et Michel Gaudry l'accompagnent. 
Avec Serge Reggiani elle chante au Piccollo Teatro de Milan le 9 février.
En février et mars elle sillonne la France avec Jacques Brel. Tony Reynaud organise la tournée.
L'enregistrement du 33 tours Ma plus belle histoire d'amour commence le 25 avril au studio Blanqui.
Au palais de Chaillot à Paris le 28 juin au soir se déroule une soirée : Cent artistes pour le Vietnam. Des comédiens et chanteurs de sensibilité de gauche participent à la soirée. Parmi les présents se trouvent : Graeme Alwright, Georges Moustaki, Fanon, Catherine Sauvage, Barbara, Raymond Devos, Raymond Asso, Philippe Noiret, Monique Morelli, Colette Magny, Francis Lemarque, Hélène Martin, Marie José Nat, Mouloudji...
A compter de septembre Roland Romanelli remplace Joss Baselli. Baselli accompagne désormais Patachou.
Le 1 octobre 1967 elle participe à l'émission Discorama présentée par Denise Glaser.
Elle retourne à Göttingen pour chanter le 4 octobre. France Inter retransmet en direct l'intégralité du spectacle.
Jacques Brel lui demande de chanter à L'Échelle de Jacob. Il espère ainsi relancer le cabaret. Elle retrouve l'atmosphère du cabaret du 7 au 14 octobre.
Sa tournée en Italie s'arrête et revient en urgence malade de chagrin.
Sa mère Ester Brodsky (prénommée parfois Madeleine) est morte le 6 novembre à l'âge de 62 ans. Elle naquit en 1905 à Tiraspol en Moldavie. Elle repose à Bagneux. En famille Barbara nommait tendrement sa mère "la juive".
Le 33 tours Ma plus belle histoire d'amour sort chez les disquaires le 7 novembre.

1968

Le livre Barbara de Jacques Tournier aux éditions Seghers paraît en librairie.
Au début de l'année elle quitte définitivement Rémusat. Sa mère de temps en temps résidait dans un studio dans le même immeuble, 14 rue Rémusat.
Temporairement elle réside dans un hôtel rue de Tournon près du Sénat.
L
es 10 et 15 janvier elle enregistre le 45 tours Elle vendait des petits gâteaux au studio Blanqui pour annoncer le Musicorama.
Dans le cadre des Musicorama elle chante à l'Olympia le 22 janvier accompagnée par Roland Romanelli, Michel Gaudry, Michel Portal et Michel Sanvoisin et Michel Colombier plus quatre violoncelles. Lucien Morisse directeur d'Europe 1 initie le spectacle. Jean Serge et Lucien Morisse produisent la soirée.
Europe 1 diffusera l'intégralité du spectacle le 4 février à 13 heures.
Le 7 février elle chante à Genève.
L'enregistrement du 33 tours Le soleil noir commence le 13 juin au studio Blanqui.
Les 6 et 7 septembre l'enregistrement de la chanson Mes hommes au studio Collard clôture le 33 tours Le soleil noir.
Le 33 tours Le soleil noir sort dans le commerce en septembre.
Pour les enfants elle lance à la radio un appel en décembre. Elle crée les Noëls du cœur au Cirque d'hiver. Des enfants apportent des jouets. Ces mêmes jouets sont redistribués à des enfants défavorisés. Elle donne des cadeaux aux enfants qui n'en n'auraient jamais eu. Avec Jacques Brel ils parrainent une association pour que tous les enfants reçoivent un cadeau à Noël.
En fin d'année Barbara emménage 112 rue Michel Ange à Paris 16.
Le dimanche 29 décembre Denise Glaser l'invite à un Discorama spécial Barbara.
Le 30 décembre Barbara pose devant l'objectif de Jean-Pierre Leloir. La scéance de photo donnera naissance à la célebre photo de l'affiche des spectacles qui seront donnés en janvier prochain à l'Olympia et de la pochette de disque.

1969

Une tournée au Japon, Canada, URSS, Israël et Roumanie avec Roland Romanelli et Michel Gaudry commence.
Du 4 au 17 février elle retrouve la scène de l'Olympia, deux heures de spectacle et un trentaine de titres. Roland Romanelli, Michel Gaudry sous la direction musicale de Michel Colombier l'accompagnent. Georges Moustaki, chaque soir, viendra chanter en duo La dame brune. Lors de la dernière représentation elle annonce au public son désir d'arrêter de chanter.
Du 4 au 8 février le spectacle de l'Olympia Philips enregistre les soirées.
Le double 33 tours du spectacle de l'Olympia sort dans le commerce le 11 mars.
Après l'Olympia elle effectue une tournée au Canada, Pays-Bas, URSS et Roumanie, Israël, Japon avec Roland Romanelli et Michel Gaudry. Elle honore les contrats signés avant sa décision d'arrêter la scène.
Elle passe à la télé le 11 mai, danse aux côtés Maurice Béjart. Elle chante Pierre et le Mal de vivre.
En juin elle pose ses lunettes et ses chansons dans un duplex 112 rue Michel Ange à Paris 16 en location.
Le 23 septembre débute l'enregistrement du 33 tours Madame.
En duo avec Jean Claude Brialy dans le cadre des Brialy'folies des Carpentier elle interprète pour la télévision "La Dame brune" le 21 novembre.
Durant un  mois, elle passe à La tête de l'art (décembre le plus souvent) jusqu'en 1973.
Georges Moustaki compose et écrit La fiancée du pirate, générique du film éponyme. Barbara interprète les mots de Moustaki. Le 45 tours du générique sort dans le commerce courant décembre.

Pendant ce mois, deux dimanches de suite Barbara reste une journée sur l'antenne d'Europe 1. Elle reprend des chansons 1900 (voir C.D. n°13 de l'intégrale 21 titres entrecoupés de commentaires).

1970

Le jeudi 22 janvier doit avoir lieu la générale de la pièce Madame qui sera jouée au théâtre de la Renaissance à Paris jusqu'à fin février. Elle refuse de jouer. Elle est aphone... Le 23 janvier enfin se déroule la générale. La critique égratigne la pièce. Le public boude Madame.
Le 33 tours Madame sort dans le commerce en février.
Le 21 mars commence l'enregistrement du 33 tours L'aigle noir au studio Gaité à Paris. L'album L'aigle noir sort en mai.
Elle participe à l'émission télé La grande farandole.
Le 11 septembre elle assiste au cimetière Montparnasse aux obsèques de Lucien Morisse.

La télévision diffuse en octobre le long métrage de Frédéric Rossif "Aussi loin que l'amour" avec Francine Racette, Michel Duchaussoy, Suzanne Flon, Dalio, Madeleine Robinson, Salvador Dali et Barbara.
En octobre elle retrouve la scène parisienne, celle de la Tête de l'art.

1971

Elle chante au théâtre du gymnase à Marseille
Au cours d'un repas, le 1 janvier, Jacques Brel lui parle de son projet de film Franz ou Les moules.
Le tournage de Franz débute en juin à Blankenberge (Belgique) pour s'achever en juillet. Elle tourne avec Jacques Brel et Danielle Evenou.
L'enregistrement du 33 tours La fleur d'amour débute le 30 septembre au studio Gaité à Paris.
La première copie de travail du film Franz voit le jour le 14 octobre.

1972

A l'occasion de la sortie prochaine de Franz dans les salles de cinéma elle participe au Grand échiquier consacré à Jacques Brel le 2 février.
Franz sort dans les salles de cinéma le 5 février.
Barbara chante sur la scène du théâtre Marigny à Paris le 17 février à l'occasion de la sortie du film Eglantine réalisé par Jean-Claude Brialy. Elle apparaît toute vêtue de blanc. France Inter diffuse l'intégralité du spectacle en direct.

L'album La fleur d'amour sort dans le commerce le 7 mars.
A la demande de Johnny Hallyday, elle participe à l'émission Top à Hallyday avec Georges Brassens le 18 mars.

Le 21 août 1972 débute l'enregistrement du 33 tours Amours incestueuses au studio des Dames à Paris.
Barbara chante à la fête de l'Humanité à la Courneuve en septembre. Elle interprète un hommage à Paul Eluard.
15 octobre elle chante au Théâtre de l'ouest parisien à Boulogne Billancourt. Roland Romanelli l'accompagne.
L'album Amours incestueuses sort dans le commerce le 15 novembre.

1973

Elle participe à l'émission le Grand Échiquier.
Pour Jean Claude Brialy elle tourne en mai dans le film L'oiseau rare. Il réalise ce film avec la participation de Micheline Presle et Jacqueline Maillan.
Michel Gaudry quitte l'équipe. Il ne sera pas remplacé.
Durant l'été elle quitte définitivement la capitale pour Précy jardin, 2 rue de Verdun.
 
Le 3 septembre l'enregistrement du 33 tours La louve commence au studio Gaité à Paris. 
William Sheller signe les orchestrations de ce disque.
Le Théâtre de l'ouest parisien à Boulogne Billancourt l'accueille le 13 octobre.
Le 33 tours La louve sort en commerce le 31 octobre.
Une tournée mondiale commence par Moscou, Belgique, Suisse, Israël, Canada, Japon, Pays bas et retour en France. Roland Romanelli l'accompagne.
En décembre elle passe une dernière fois à L'Écluse avant la fermeture définitive du cabaret de ses débuts.

1974

Le 2 février elle participe à l'émission de télé Top à Pierre Tchernia.
Du 9 février au 12 mars elle chante au Théâtre des Variétés. Le spectacle comprend de 29 chansons. Roland Romanelli l'accompagne.

La télévision diffuse le 9 mars Top à Barbara de Maritie et Gilbert Carpentier, réalisé par Marion Sarrault.
Une nouvelle tournée se déroule en mars et avril en Belgique, Suisse, France et Israël.
Elle enregistre un 45 tours, l'homme en habit rouge au studio Davout le 4 mai.

Le 15 mai  le 45 tours l'homme en habit rouge sort dans le commerce.
Durant la nuit du 3 au 4 juin elle absorbe une grande quantité de somnifères chez elle à Précy.
A 6 h elle arrive à l'hôpital de Meaux le 4 juin. Elle a avalé sept tubes de barbituriques. Le 5 juin une ambulance la transporte à l'hôpital américain de Neuilly.
Courant juillet elle se repose dans une clinique à Garches. Elle poursuit sa tournée avec Georges Moustaki.
Le 5 octobre elle participe à Top à Ivry Gitlis.
En novembre le double album du théâtre des Variétés sort dans le commerce.

1975

Début 1975 elle dépose à la SACEM les textes des Insomnies, L'amour magicien, La mort, La musique et Il automne.
Du 29 janvier au 2 mars elle retrouve Bobino. Elle y chante pour la première fois la chanson Les insomnies en public.
En mars commence une tournée qui passe par les Pays Bas et  le Canada, le Japon et la France. Sa tournée la conduit sur l'île de la Réunion.
En seconde partie de soirée elle passe dans une émission télé Les copains d'abord, le 9 juin.

1976

Elle joue dans  le film : "Je suis né à Venise" de Maurice Béjart.
Durant cette année elle ne donne aucun spectacle. Elle doute ......…

1977

Pour le film "La femme rompue" de Josée Dayan d'après le roman de Simone de Beauvoir elle compose la musique.
Elle rencontre Jacques Rouveyrollis. Il deviendra l'éclairagiste de ses spectacles à venir.
Le 1 janvier la télévision diffuse film ballet "Je suis né à Venise".
Un incendie se déclare dans sa maison en mars.
Elle part en tournée en Belgique et Suisse en mars.
Du 5 septembre au 1 octobre Jacques Brel enregistre son dernier disque aux studios Barclay avenue Hoche à Paris. Barbara lui rend souvent visite.

1978

Du 6 au 26 février elle chante à l'Olympia. Vingt trois titres composent le spectacle.
Le 13 février débute l'enregistrement du double 33 tours.
Le double 33 tours de l'Olympia 1978 sort dans le commerce en juin.
En juillet elle retrouve les studios pour enregistrer les titres inédits du spectacle de l'Olympia. Le résultat ne lui plait pas. Le disque ne sortira pas.
Le 27 juillet Jacques Brel est hospitalisé à l'hôpital franco musulman de Bobigny. Elle lui rendra visite. Le 7 octobre Jacques Brel est à nouveau hospitalisé. Elle se rendra souvent à son chevet. Jacques Brel s'éteint le 9 octobre. Lors de la levée du corps de Jacques Brel à l'hôpital franco musulman de Bobigny le 12 octobre, elle soutient Madly.

1979

Elle rencontre Gérard Depardieu.
Du  27 février au 4 mars elle chante à Milan au théâtre Manzoni. Roland Romanelli l'accompagne.
TF1 diffuse le film de François Reichenbach sur le spectacle à l'Olympia et la tournée qui a suivi de 1978 le 27 novembre.
Elle chante au Luxembourg le 6 décembre.

1980

Elle ne chante plus en public durant à part une tournée aux Pays Bas.
Elle compose et écrit de nouvelles chansons.
Le 11 novembre 1980 l'enregistrement du 33 tours Seule débute au studio Davout à Paris.

1981

L'album Seule sort dans les bacs des disquaires le 4 février. Ce disque sera parmi les meilleurs ventes de 1981. Elle participe à diverses émissions de radio à cette occasion : RMC à 19 h le 5 février et invitée de Pierre Bouteiller sur France Inter à 18 h le 6 février.
Le 15 avril 1981 elle décide de donner un spectacle à Pantin, sous le chapiteau de l'Hippodrome.
Le 12 mai pour exprimer la liesse à la suite de l'élection de François Mitterrand aux élections présidentielles elle écrit Regarde.
Du 28 octobre au 22 novembre elle chante sous un chapiteau de 2200 places. Roland Romanelli et Gérard Daguerre l'accompagnent. Le spectacle comprend vingt cinq titres, trente avec les rappels. Laurent Aubry et Marco sont aux éclairages conçus par Jacques Rouveyrollis, Éric Alvergnat est à la sonorisation. François Mitterrand et Denise Glaser entre autres assistent à la première.
Au cours des représentations en novembre un double 33 tours garde le souvenir de Pantin.

Durant les représentations de novembre Guy Job enregistre une vidéo. 290 heures de vidéo, trois jours de tournage, sept cameramen, dix magnétoscopes et six mois de montage seront nécessaires. Elle participe activement au montage. Durant le montage de la vidéo elle croise Béatrice de Nouaillan qui restera sa fidèle assistante.
Le 21 novembre, soir de dernière, elle compose et interprète pour la première fois Pantin .
En décembre 1981 le double 33 tours de Pantin sort dans le commerce. Après Pantin commence une tournée.

1982

En février et mars elle part en tournée à travers la France. La tournée comprend 36 villes en 2 mois.
Elle pose les premières bases et notes de son spectacle Lily passion qu'elle veut créer avec Gérard Depardieu.
Sa voix donne des signe de faiblesse (une corde vocale distendue). Elle consulte un phoniatre le docteur
Élisabeth Fresnel Elbaz. Elle suit une rééducation 3 ans durant.
Le 5 novembre diffuse sur TF1 pour la première fois la vidéo du spectacle de Pantin 1981.
En compagnie de Gérard et Élisabeth Depardieu elle assiste à Pantin à la première du spectacle de Henri Salvador le 9 novembre.
Jack Lang le ministre de la culture lui remet le 22 décembre le Grand prix national du disque à l'opéra Garnier.
La vidéo de Pantin est commercialisée en décembre.

1983

Le 16 janvier 1983 elle rend visite à Robert Charlebois qui chante à l'Olympia.
Elle compose une musique pour une chanson d'Élisabeth Depardieu "L'Amazonie". Élisabeth Depardieu compose une chanson en hommage à Barbara : Mourir en musique.
L'écriture de Lily passion se poursuit.
Denise Glaser meurt dans l'indifférence générale. Accompagnée de Catherine Lara elle assiste aux obsèques de Denise à Valenciennes. Elles seront les deux seules personnes du monde du spectacle et de la télévision qui seront là se jour là…...

1984

Jeudi 14 janvier 1984, François Mitterrand et Jack Lang inaugurent le Zénith de Paris. Barbara figure parmi les invités.
Elle poursuit l'écriture de Lily passion. La première du spectacle mis en scène par Roger Planchon est prévue pour janvier 1985 au TNP de Villeurbanne.
En février chaque soir Depardieu joue Tartuffe sur la scène du théâtre de la Ville à Paris. Elle aide et assiste son ami.

Pour la première fois de sa vie, entourée par Madame et Monsieur Depardieu elle monte les marches du palais des festivals en mai à l'occasion du festival de Cannes.
A la mi octobre elle annonce que le spectacle Lily passion est reporté d'un an.  

1985

Elle écrit, réécrit le texte et les musiques de Lily passion.
Pour l'association CARE France Barbara participe à l'œuvre collective " la chanson de la vie " sous la houlette de Alice Dona.
En décembre une version studio de "Lily passion" arrangée et orchestrée par William
Sheller est enregistrée. Cette version ne sortira jamais. La bande sonore a disparu mystérieusement !
Roland Romanelli et Barbara se séparent pour divergences de vues sur l'élaboration de Lily passion.
En décembre Barbara et Gérard Depardieu répètent Lily passion au théâtre des Amandiers à Nanterre.

1986

Le 21 janvier se déroule la première au Zénith de "Lily passion" (3000 places). Lily passion y sera jouée 35 fois jusqu'au 19 février. Le spectacle coûta 12 millions de francs et nécessita cinquante personnes. La scène s'ouvrait sur la salle sur 70 mètres. Gérard Daguerre au piano et synthétiseur, Richard Galliano à l'accordéon et synthétiseur, Patrice Peyreras au synthétiseur, Marc Chantereau aux percussions et Daniel Mille à l'accordéon accompagnent Barbara.
Le double album de Lily passion enregistré au Zénith sort en février.
La tournée Lily passion commence le 25 février par Rennes. Elle se prolongera jusqu'au 6 mai au théâtre de l'Argentina à Rome. Tournée de 45 représentations. Toute l'équipe part en tournée.
Lily passion passe par les villes suivantes :
- 25 février passage à Rennes à la salle omnisports.

- 26 février passage à Caen au hall est.
- 28 février passage à Bruxelles au Forest national.
- 1 mars passage à Lille à l'espace 155.
- 3 mars passage à Laval.
- 5 mars passage à Reins sous chapiteau.
- 6 mars passage à Nancy, parc des expositions.
- 7 mars et 8 mars passage à Strasbourg hall Rhénus.
- 10 mars passage à Dijon palais des sports.
- 11 mars passage à Bourg en Bresse Palais des expositions.
- 12 mars passage à Besançon palais des sports.
- 13 mars passage à Lyon palais des sports.
- 14 mars passage à Saint Etienne palais des sports.
- 15 mars passage à Avignon parc des expositions.
- 18 mars passage à Grenoble, Alpexpo salle J Mermoz.
- 19 mars passage à Lausanne au hall 7 à Beaulieu.
- 21 mars passage à Nantes à la Beaujoire.
- 22 mars inauguration de la rue de la grange aux loup avec Barbara et Depardieu, le lendemain de son passage à Nantes la Beaujoire pour "Lily passion".
- 23 mars passage à Angers au parc des expositions.
- 25 mars passage à Poitiers aux arènes.
- 26 mars passage à Clermont Ferrand à la maison des sports.
- 28 mars à 20 h passage de Lily passion au printemps de Bourges pour la soirée d'ouverture.
En avril le livre de Marie Chaix sur Barbara aux éditions Calmann Lévy sort dans le commerce.
- 9 avril passage à Tours au parc des expositions.
- 10 avril passage à Limoges au palais des sports.
- 12 et 13 avril passage à Bordeaux à la patinoire de Mériadeck.
- 14 et 15 avril passage à Toulouse au palais des sports.
- 16 avril passage à Pau au parc des expositions.
- 18 et 19 avril passage à Montpellier au Zénith.
- 21 avril passage de Lily passion à Lyon palais des sports.
- 22 avril passage à Marseille sous chapiteau.
- 23 avril passage à Nîmes sous chapiteau.
- 24 avril passage à Toulon sous chapiteau.
- 26, 27 et 28 avril passage à Nice à l'Acropolis salle Apollo.
Après la France la tournée se poursuit en Italie du  29 avril au 5 mai.
Elle retrouve Précy le 6 mai 1986.
Le 45 tours de Gérard Berliner : A te regarder vivre (ou La déraison), paroles de Barbara et musique de Gérard Bourgeois arrangements de Roland Romanelli sort en mai.
Barbara s'envole vers New York le 28 juin à l'invitation du danseur étoile Mikhaïl Baryshnikov. La première répétition se déroule le 1 juillet au Métropolitan Opéra. Elle se produit au Métropolitan Opéra à New York (1805 places) le 8 juillet. Il danse sur ses chansons. L'orchestre du Métropolitan Opéra et par Michel Colombier les accompagnent.
Le 14 juillet avec Juliette Gréco et Serge Gainsbourg entre autres elle assiste à la garden-party de l'Élysée à l'invitation de François Mitterrand.
Au mois de septembre 1986 le coffret de 3 disques 33 tours de chansons en public sort dans le commerce. Barbara a participé à la confection du coffret et aux choix des titres.

Hospitalisée à l'hôpital militaire Béguin à St Mandé en octobre, elle souffre de problèmes articulaires.

1987

En ce début d'année Arthur Elgort photographie Barbara. Elle participe à The prince swan, un conte de fée à l'initiative de Mikhaïl Baryshnikov.
Elle rencontre Jacques Attali. Elle désire s'engager dans la lutte contre le SIDA.

Le 16 septembre débute une série de récitals au théâtre du Châtelet qui se poursuit jusqu'au 11 octobre. Gérard Daguerre, Marcel Azzola à l'accordéon et bandonéon, Michel Gaudry à la contrebasse, Jean Louis Hennequin aux synthétiseurs l'accompagnent. Elle crée la chanson : Sid'amour à mort dont elle offre les droits d'auteur à l'association Sol en si.
Durant le mois d'octobre Polygram réalise un enregistrement public du spectacle au Châtelet.
La tournée commence le 16 octobre à Genève jusqu'au 12 décembre à Nice. Gérard Daguerre, Marcel Azzola à l'accordéon et bandonéon, Michel Gaudry à la contrebasse, Jean Louis Hennequin aux synthétiseurs l'accompagnent.

La tournée suit et passe par :

- 16 et 17 octobre passage à Genève au théâtre du grand casino.
- 18 octobre passage à Chambéry, centre culturel André Malraux.
- 19 octobre passage à Feyzin centre Léonard de Vinci.
- 21 octobre passage à Marseille à l'opéra.
- 22 octobre passage à Narbonne au parc des expositions.
- 23 et 24 octobre passage à Toulouse à la halle aux grains.
- 25 octobre passage à Pau à la salle polyvalente de Bizanos.
- 26 et 27 et 28 octobre passage à Bordeaux au théâtre Femina.
- 29 octobre passage à Limoges au grand théâtre.
- 30 octobre passage à Joue les Tours au palais des sports.
- 31 octobre passage à Orléans au parc des expositions.
Les deux C.D. enregistrés au Châtelet sortent dans le commerce.
Courant novembre 1987 elle participe au comité pour un second septennat de François Mitterrand.
- 2 novembre passage à Bruxelles au palais des beaux arts.
- 12 novembre passage à Dunkerque.
- 13 novembre passage à Roubaix au Colisée.
- 14 novembre passage Béthune au théâtre municipal.
- 16 novembre passage au Havre à la maison de la culture.
- 17 novembre passage à Amiens.
- 19 novembre passage à Dieppe au gymnase Léon Roger.
- 20 novembre passage Caen au palais des sports.
- 21 novembre passage au Mans au palais des congrès.
- 22 novembre passage à Angers au parc des expositions.
- 23 novembre passage à Brest au parc de Penfeld.
- 24 novembre passage à Quimper à la salle omnisports.
- 25 novembre passage à Lorient palais des sports de Kervaric.
- 26 novembre passage à Nantes au parc de la Beaujoire.
- 1 décembre passage à Dijon au Forum, 2 rue Delaborde.
- 2 décembre passage à Troyes.
- 3 décembre passage à la maison des congrès à Clermont Ferrand.
- 4 décembre passage à Voiron salle du grand angle.
- 7 décembre passage à Montpellier au Zénith.
- 8 décembre passage à Toulon à l'espace des Lices.
- 9 décembre passage à Avignon au parc des expositions de Chateaublanc.
- 10 décembre passage à Istres à la patinoire ZAC des Salles.
- 11 et 12 décembre passage à Nice à l'opéra, 4 rue saint François de Paule

1988

La tournée se poursuit au Japon par :
- 26 janvier spectacle à Hitomi mémorial à Tokyo.

- 27 janvier spectacle à Festival hall à Osaka.
- 29 janvier spectacle à Hitomi mémorial à Tokyo.
- 30 janvier spectacle à Yubin Chokin hall à Tokyo.
Le 17 février elle chante à Saint Ouen.
Le 2 mars elle se produit au théâtre Adolf Adam à Longjumeau.
La tournée la conduira en France, au Canada, à Israël. Gérard Daguerre, Marcel Azzola à l'accordéon et bandonéon, Michel Gaudry à la contrebasse, Jean Louis Hennequin aux synthétiseurs l'accompagnent. Les 17, 18 et 19 mars elle chante à Montréal au Place des Arts.
Elle chante à Rennes à l'occasion du premier meeting de François Mitterrand "Regarde" le 8 avril.
L'ordre du mérite fédéral allemand lui est attribué le 24 avril lors d'une cérémonie publique à Baden Baden.
En mai Michel Gaudry et Jean Louis Hennequin quittent l'équipe musicale.

A l'occasion du concert de SOS racisme le 18 juin au château de Vincennes elle chante Göttingen.
Sa tournée se poursuit en France par :
- 11 juillet passage à Aix les Bains au palais des congrès.

- 12 juillet passage à Vichy au palais du lac.
- 16 juillet passage à Annecy au jardin de l'hôtel de ville.
- 17 juillet passage à Lyon au théâtre antique de Fourvière.
- 18 juillet passage à Nice au théâtre de verdure.
- 19 juillet passage à Fréjus aux arènes.
- 20 juillet passage à Marseille au palais du Pharo.
- 22 juillet passage au théâtre de la mer à Sète.
- 24 juillet passage à Vaison la Romaine au festival ferme des arts.
- 25 juillet passage à Cannes au palais des festivals.
En septembre elle signe un témoignage de soutien à Globe à la suite d'un attentat contre les locaux de ce journal.
François Mitterrand lui remet la médaille de chevalier de la légion d'honneur le 15 septembre à Élysée lors d'une cérémonie publique.

A l'occasion de la journée mondiale contre le sida le 1 décembre elle annonce que pendant un an elle va sa consacrer à la lutte contre le SIDA. Elle visite les malades du SIDA dans les hôpitaux. Elle chante dans les prisons.

1989

Elle consacre l'année à la lutte contre le SIDA. Elle visite les malades à l'hôpital Bichat, à l'institut Pasteur et à Beaujon. Elle se rend aussi dans les prisons à Fresnes, Lyon, Marseille, Lille, Versailles, Fleury Mérogis.

1990

Une nouvelle série de spectacles en public commence le 6 février au théâtre Mogador jusqu'au 14 avril.
Durant le mois de mars, Mick Lanaro réalise un enregistrement du spectacle à Mogador.
En avril le double C.D. de Mogador sort dans le commerce.
Évelyne Pagès l'invite à son émission Grand format sur R.T.L.
Elle chante aux Francofolies de La Rochelle le 17 juillet.
Dans le cadre du festival de Ramatuelle crée par Jean Claude Brialy elle chante le 2 août.
Elle part en tournée au Japon. Elle chante le 27 septembre à Hotomi hall à Tokyo puis les 28, 29.
Le 1 octobre elle se produit au Festival hall à Osaka
Le 2 octobre elle donne un spectacle à Hamamatsu Arena à Hamamatsu (cette tournée au Japon est produite par Keiko Nakamura).
A partir du 12 octobre débute une tournée française jusqu'au 20 décembre (région parisienne du 27 novembre au 2 décembre)
Le 14 novembre elle passe à Lyon à la bourse du travail
Elle chante à Port Marly.

1991

Courant octobre elle enregistre un livre cassette pour les éditions Ducaté. Elle lit : "Les lettres à un jeune poète" de Rainer Maria Rilke.
En novembre elle se produit au théâtre d'Amiens.
Le 4 décembre à Caluire salle du Radian elle donne rendez vous à "Sa plus belle histoire d'amour" pour 1993. Sa tournée s'achève.
A la librairie Delamain, 155 rue du faubourg saint Honoré à Paris elle dédicace Les lettres à un jeune poète le 11 décembre.

1992

Le 17 mars sort dans le commerce l'intégrale de 13 C.D. sous la houlette de Jean-Yves Billet. Elle participe activement à la création de cette intégrale.
Marie Carmen, une québécoise reprend la chanson L'aigle noir. 
François Mitterrand choisit comme chanson préférée Göttingen à la suite d'une émission consacrée à l'Europe.
En juin elle annonce son prochain au palais des congrès à Paris en février 93

1993

En début d'année Charley Marouani annonce le report des spectacles annoncés pour février  pour des raisons de santé. Un nouveau rendez-vous est pris pour le 6 novembre au théâtre du Châtelet.
La première des représentations se déroule le 6 novembre au théâtre du Châtelet. Jusqu'au 31 décembre les représentations se prolongeront. Gérard Daguerre à la direction musicale piano et synthétiseurs, Jean Louis Hennequin aux percussions synthétiseurs et cordes et Serge Tomassi à l'accordéon bandonéon et synthétiseurs accompagnent Barbara. Mais le
13 décembre au soir le spectacle stoppe définitivement. Six représentations furent annulées entre le 3 et le 10 décembre. 
Philips réalise un enregistrement public au Châtelet le 11, 12 et 13 décembre.
Le 14 décembre elle est hospitalisée à l'hôpital américain de Neuilly pour une pneumonie.

1994

Malgré l'avis des médecins elle part en tournée le 29 janvier. Cette tournée commence par Massy Palaiseau puis Aulnay sous Bois. Gérard Daguerre à la direction musicale piano et synthétiseurs, Jean Louis Hennequin aux percussions synthétiseurs et cordes et Serge Tomassi à l'accordéon bandonéon et synthétiseurs l'accompagnent.
Le 1 février  elle chante à Dijon puis Lyon, Montpellier, Toulon, Pau, Toulouse.
La victoire de la musique de la meilleure interprète de l'année lui est attribuée le 7 février. Pendant ce temps là elle chante au Zénith de Montpellier.
A la mi février sort un double C.D. live du Châtelet de 1993.
Le 14 février elle chante à Bordeaux.
La tournée continue. Le 17 février elle chante à Valence puis Marseille (palais des sports), Valence (18/2), Grenoble (19/2) , Montreux (22/2), St Claude (23/2), St Etienne (24/2) et Montluçon.
Le 28 février 1994 elle se produit au palais des beaux arts à Bruxelles, puis Nancy, Strasbourg, Troyes, Sochaux, Vesoul, Montigny le Bretonneux, Maison Alfort, Rueil Malmaison, Lille, Caen au Zénith, Amiens, Roubaix, Rennes et Nantes.
Le samedi 26 mars elle chante à Tours théâtre Vinci. A Tours s'achèvent la tournée de Barbara et sa vie dans ses théâtres.

1995

Elle se repose chez elle et veille toujours sur les malades du SIDA. Elle a fait installer à Précy une ligne téléphonique directe pour eux. Ils peuvent l'appeler et lui parler. Elle communique beaucoup par fax. Elle découvre avec joie ce nouvel outil.

1996

En janvier elle décide d'enregistrer un nouvel album studio.
Courant février et mars elle écrit et compose de nouvelles chansons.
A Précy, dans la Grange au loup, elle organise des répétitions avec ses musiciens en juin et juillet.
Le 19 août elle entre en studio (Méga à Suresnes) pour enregistrer les titres.

En septembre elle pose pour une séance de photo pour la pochette du disque. La séance durera 25 minutes.
Le 12 octobre a lieu la dernière séance de mixage.
Le 6 novembre le disque sort dans le commerce. Elle fait don des droits d'auteur de la chanson Le couloir à Act Up.
En décembre 1996 elle se décide à entamer l'écriture de ses "mémoires". Pour cela elle reprend contact avec des gens qu'elle a perdu de vue au fil des ans.

1997

Philippe Gauthier, Barbara et sa maison de disques élaborent un projet de vidéo clip. Philippe Gauthier et Barbara se rencontrent plusieurs fois. Ils se mettent d'accord sur la forme du clip. Elle contacte sa couturière Mine Vergès pour lui confectionner une cape. Elle abandonne pour la première fois depuis longtemps le velours. Mais la maison de disques et Barbara n'arrivent pas à se mettre d'accord sur le budget. Le projet se trouve retardé.
Elle signe une pétition contre les lois Debré par l'intermédiaire de
l'association Zone franche.
Georges Moustaki lui faxe le texte d'une chanson qu'il vient de composer. Il souhaiterait la chanter avec elle. Elle lui répond qu'elle ne chante plus !

La victoire de la musique de la meilleure interprète de l'année lui est décernée le 10 février. Elle remercie par téléphone en direct les gens qui lui ont attribué cette victoire.
Barbara écrit à Précy la préface de ses mémoires le 27 avril. Les éditions Fayard éditeront le livre qui doit paraître en septembre 98.
Chaque jour elle faxe à Claude Durand, directeur des éditions Fayard les pages écrites.
Elle rédige son testament en juillet.
Bernard Sellier la photographie en octobre. La photo sera publiée dans un livre dont le produit de la vente servira à lutter contre le SIDA.
Elle fait  installer une table de montage vidéo à Précy en octobre. Barbara désire monter une vidéo de "Lily passion".
Le 12 novembre un double C.D. Femme piano contenant 40 titres sort dans le commerce. Il s'agit d'une compilation de ses chansons les plus connues remasterisées en haute définition.. Elle a elle même choisi les titres devant figurer dans ce coffret. Aidée par Jean-Yves Billet elle rédige le livret accompagnant les disques. Une campagne publicitaire d'affichage dans les lieux publics annonce la sortie du coffret.
Il automne à Précy, les oiseaux chantent, les arbres roussissent.
Lundi 24 novembre à 3 h du matin, les pompiers transportent Barbara à l'hôpital de Meaux. Le SAMU la transfère à l'hôpital américain de Neuilly.
Lundi 24 novembre 1997 elle décède à 16 h 10 à l'hôpital américain de Neuilly.
Mardi 25 novembre 1997 à 9 h l'A.F.P par une dépêche annonce le décès de Barbara

[Retour sommaire du site]