Palais de l'Elysée

Un soir à L’Elysée sous les ors de la République


Près de mille personnes assistent le jeudi 7 décembre 1967 à une soirée réception dans la salle des fêtes du Palais de l’Élysée en l’honneur des Arts et Lettres.

En fin d’après midi les invités après avoir franchi le porche traversent la cour de la demeure présidentielle pour gravir les marches du perron revêtues du tapis rouge.

Tapis rouge

Le Président de la république Charles de Gaulle entouré de Georges Pompidou premier ministre, André Malraux, ministre d’état chargé des affaires culturelles, Louis Joxe Garde des sceaux ministre de la justice, Roger Frey ministre d’état chargé des relations avec le parlement, Alain Peyrefitte ministre de l’éducation nationale, Georges Gorse ministre de l’infirmation et le premier ministre Georges Pompidou recevait ses invités. Hélène Dienesch la présidente de la commission des affaires culturelles à l’Assemblée nationale recevait les gens des arts et lettres.

Quelques jours plus tôt, chaque représentant du monde des arts reçut un carton d’invitation venant de la présidence de la république.

Parmi les heureux élus du jour figuraient :

- Fernandel, Jean-Paul Belmondo, Brigitte Bardot, Annie Girardot, Michele Morgan, Gérard Oury, Micheline Presle, Louis de Funès, Bourvil, Jean Claude Brialy, Jean Poiret, Michel Serrault, Roger Pierre, Jean Marc Thibault, Pascale Audret, Jacques Dufilho, Robert Hirsch, Noël Noël, Jean Delannoy, Jean Piat, Françoise Engel, Raymond Souplex, Jane Sourza, René Clair… représentant le cinéma

- Hugues Aufray, Colette Renard, Barbara, Tino Rossi, Maurice Chevalier, Gilbert Bécaud, Guy Béart, Henri Salvador, Luis Mariano, Raymond Devos… représentant la chanson et le spectacle.

- Paul Belmondo, Georges Mathieu… représentant le peinture et la sculpture

- Jean Sennep, Jacques Faizant représentant le dessin

- Romain Gary, Jean Dutourd, Marcel Achard, Pierre-Henri Simon, François Mauriac, André Chanson Wladimir d’Ormesson, Maurice Druon… représentant le monde des lettres.

Sallle des fêtes

Le président salue chacun des invités :

A Jean-Paul Belmondo : " Je connais bien votre père... "

A Brigitte Bardot : " Je suis ravi, madame, c’est le cas de le dire... "

A Fernandel : " J’ai suivi votre carrière depuis le début. Vous m’avez fait beaucoup rire, et parfois pleurer. Vous prenez tout à la blague... "

A Michèle Morgan : " Je suis très honoré de vous rencontrer. Je vous connaissais de loin... "

A Gilbert Bécaud : " Vous êtes tenace. Vous vous donnez beaucoup de mal, et moi aussi... "

En fin de soirée le président de la république se retire ainsi que sa femme. Henri Salvador résume ainsi la soirée : " C’est de nous tous le plus grand acteur... "


A l’issue de la soirée, les journalistes de la presse écrite, radio, télé recueillaient les impressions de quelques participants.

Colette Renard : " Il appréciait beaucoup mon talent... "

Barbara : " Il m’a dit qu’il était très honoré, alors qu’en fait c’était moi qui l’étais... "

Fernandel : Il m’a demandé si j’étais un optimiste. J’ai répondu " Oui, avec un chef d’état pareil, c’est obligé."

Annie Girardot : " Je ne me souviens plus trop de ce qu’il m’a dit… et je crois que je n’ai pas attendu la fin de phrase. J’étais déjà partie… "

Raymond Devos : " Il m’a appelé Maître… Je pense que c’était une erreur !... "

Jean Paul Belmondo : " Il ne m’a pas parlé de cinéma... "



[Palais de l'Elysée]

[retour au sommaire du site]

[retour à la biographie]